Thursday, January 30, 2014

Warm weather training

In Canada, we are accustomed to long winters. As a society, we have adjusted fairly well by moving many of our sporting activities indoors. However, some people still have to do some or all of they’re training outside, or come up with a way to remain in shape during the winter months. Cyclists are relegated to stationary bikes, while runners tend to do their hard training on indoor tracks; however most runners choose to do their easy days outdoors.

For those looking to escape the recycled air of indoor facilities or the frigid cold, consider warm weather training. Most high performance athletes try to escape to warm weather training camps at least one or more times during the winter months. Warm weather training can benefit athletes psychologically. It also enables them to spend a period of time training consistently, with out having their workouts dictated by the weather.

Warm weather training brings about a welcome change from all the layers you have to wear when training outdoors, and from the early and dark days which are so characteristic of the winter months in Canada. Warm weather also exposes us to sunshine, and to a dose of natural vitamin D. Heading south also provides a change of scenery, allowing you to refocus and become rejuvenated for the upcoming season.

Benefits of Warm weather training:
  • Psychological – It can get the athlete motivated, refocused on their training and give rise to a period of consistent training without the distractions that come with daily life. 
  • Vitamin D - The sun allows you to get a daily dose of natural vitamin D. 
  • Reduced risk of injury - With warm weather the muscles are more pliable, reducing the risk of muscle strains and tears. 
Warm weather training can have great psychological benefits. It can also allow athletes to train consistently without worrying about the cold, dark and sometimes icy winters. It is a way to get a jump on your training and competitive season.

References from the SIRC Collection:

1. Barrie Shepley's warm-weather training camps. Active Living. January 2008;17(1):17.
2. Gage T. Baseball Was Designed To Be Played On Warm Summer Days. Baseball Digest. July 2005;64(5):88.
3. Keller M, Fredrickson B, Wager T, et al. A Warm Heart and a Clear Head. Psychological Science (Wiley-Blackwell). September 2005;16(9):724-731.
4. Longden B. Warm weather training. Athletics Coach. 1997 1996;30(4):8-9.
5. Lowes D. Training dilemma: altitude or warm-weather?. Athletics Weekly (Descartes Publishing Ltd.). June 18, 2009;:28-29.
6. Makin J. How much sun is enough for vitamin D?. ACHPER Active & Healthy Magazine. August 2012;19(2):8.

L'entraînement à la chaleur

Au Canada, nous sommes habitués aux longs hivers. En tant que société, nous nous sommes adaptés assez bien en transférant bon nombre de nos activités sportives à l'intérieur. Toutefois, certaines personnes doivent quand même s'entraîner en partie ou en totalité à l'extérieur, ou bien elles doivent trouver une autre façon de rester en forme durant les mois d'hiver. Les cyclistes sont relégués à des vélos stationnaires, tandis que les coureurs peuvent poursuivre leur entraînement ardu sur des pistes intérieures. La plupart des coureurs choisissent cependant d'aller à l'extérieur lorsque leur entraînement est plus léger.

Ceux et celles qui veulent échapper à l'air recyclé des installations intérieures ou au froid glacial peuvent envisager de s'entraîner à la chaleur*. La plupart des athlètes de niveau élite essaient de s'exiler dans des camps d'entraînement à la chaleur au moins une ou deux fois pendant l'hiver. L'entraînement à la chaleur peut être avantageux pour l'aspect psychologique des athlètes. Il leur permet de passer une période de temps à s'entraîner constamment sans que la température ne soit une source de distraction.

L'entraînement à la chaleur constitue un bon changement quand on pense à toutes les couches qu'on doit porter lorsqu'on s'entraîne à l'extérieur et aux matins d'hiver sombres qui sont propres au Canada. Les temps chauds nous exposent aussi au soleil et à une dose naturelle de vitamine D. De plus, les séjours dans le Sud changent notre routine et nous permettent de nous ressourcer et de refaire le plein pour la saison à venir.

Avantages de l'entraînement à la chaleur*
  • Aspect psychologique* – Les athlètes sont motivés, se concentrent sur leur entraînement et mettent l'accent sur une période d'entraînement continu sans les distractions de la vie quotidienne.
  • Vitamine D* – Le soleil nous offre une dose quotidienne de vitamine D. 
  • Réduction du risque de blessure – Le temps chaud rend les muscles plus souples, ce qui réduit les risques de foulures et de déchirures.
L'entraînement à la chaleur peut aussi avoir d'importants avantages physiologiques. Il permet aux athlètes de s'entraîner de façon continue sans se préoccuper de l'hiver froid, sombre et parfois glacé. C'est une bonne façon commencer avec force votre entraînement en vue de la saison de compétitions.

* Seulement disponible en anglais 
Références de la collection de SIRC:

1. Barrie Shepley's warm-weather training camps. Active Living. January 2008;17(1):17.
2. Gage T. Baseball Was Designed To Be Played On Warm Summer Days. Baseball Digest. July 2005;64(5):88.
3. Keller M, Fredrickson B, Wager T, et al. A Warm Heart and a Clear Head. Psychological Science (Wiley-Blackwell). September 2005;16(9):724-731.
4. Longden B. Warm weather training. Athletics Coach. 1997 1996;30(4):8-9.
5. Lowes D. Training dilemma: altitude or warm-weather?. Athletics Weekly (Descartes Publishing Ltd.). June 18, 2009;:28-29.
6. Makin J. How much sun is enough for vitamin D?. ACHPER Active & Healthy Magazine. August 2012;19(2):8.

Tuesday, January 28, 2014

What is Physical Literacy?

by Leigh Cove
Algonquin College Sport Business Management Intern

Muscle memory is a well-known term in active living and sport. The idea that once you have learned something and practiced it, your muscles will begin to move with the pattern of the motions each time you use them until those patterns become natural. Physical literacy takes this idea and applies it to the learning and development of a whole range of body movements, and subsequent combinations of motions. Teaching this ‘body language’ is an important corner stone as kids develop into the athletes of tomorrow so they will want to, and can, participate in activity for life.

Canadian Sport for Life (CS4L) has made physical literacy a priority for the first three stages (Active Start, FUNdamentals, and Learn to Train) of long term athlete development (LTAD).
  • Progression of Physical Literacy 
  • Basic Movements
  • Movement Combinations 
  • Complex Movement Sequences 
  • Skilled Movement
To ensure well rounded physical literacy, CS4L recommends children be exposed to a variety of physical activity that encompass all surface types, activity structures, and player positions. This includes coaching young athletes on how to read their environment and react to it. For example, seeing the position of your teammates on the field and being able to move yourself in the play based on what you see.

One of the barriers to quality physical literacy however is proper training and resources for coaching at the community and grassroots level; limited resources combined with volunteer coach turnover has left a gap in the quality and consistency of physical literacy being taught to young athletes. This is where the LTAD model has come in and is evolving. The Canadian sport community looks to design a system that will better support young athletes and their development. And while not everyone can be an Olympic gold medalist, a solid teaching of physical literacy means a more active future for anyone, child or adult, who just wants to get out there and play.

References available from the SIRC collection:

1. Corlett J, Mandigo J. A Day In The Life: Teaching Physical Literacy. Physical & Health Education Journal. Winter2013 2013;78(4):18-24.
2. Gallant P, Vossen D, Weaving C. In the Zone: Physical Literacy and the Quest for Certified Coaches. Physical & Health Education Journal. Summer 2011 2011;77(2):16-21.
3. Harber V, Schleppe S. Promoting Early Physical Literacy in Alberta. Wellspring. August 2010;21(4):1-4.
4. Norris S. Learning to Train: A Key Stage in Developing Physical Literacy. Wellspring. June 2011;22(3):A1-A4.
5.  Sullivan P, Whitaker-Campbell T, MacKay M. Physical Literacy in Coaching Education Materials: A Case Study of Canada Basketball. Physical & Health Education Journal. Spring2010 2010;76(1):32-35. 6. The meaning of Physical Literacy. Active Living: Newsletters. September 2011;:4.

Qu’est-ce que le savoir-faire physique?

La mémoire musculaire est un terme bien connu dans les domaines du sport et de la vie active. Le principe est que lorsque vous apprenez une chose et la mettez en pratique, vos muscles commenceront à bouger selon une suite de mouvements chaque fois que vous les sollicitez, jusqu’à ce que la suite devienne naturelle. Le savoir-faire physique* applique ce principe à l’apprentissage et au développement d’une vaste gamme de mouvements corporels, puis d’une combinaison de mouvements. Enseigner ce « langage corporel » est un jalon important, à mesure que les enfants deviennent des athlètes et qu’ils participent à des activités physiques tout au long de leur vie.

Le mouvement « Au Canada, le sport c’est pour la vie » (ACSV) a fait du savoir-faire physique une priorité dans le cadre des trois premières étapes du développement à long terme de l’athlète* (enfant actif, s’amuser grâce au sport, apprendre à s’entraîner).
  • Progression du savoir-faire physique 
  • Mouvements de base 
  • Combinaisons de mouvements 
  • Séquences de mouvements complexes 
  • Mouvements techniques 
Pour assurer un savoir-faire physique bien équilibré, ACSV recommande que les enfants soient exposés à une variété d’activités physiques qui comprennent tous les types de surfaces, toutes les structures d’activité et toutes les positions de joueurs. Cela signifie qu’on doit montrer aux jeunes athlètes comment analyser leur environnementet réagir en conséquence – par exemple, savoir où se situent leurs coéquipiers sur le terrain et se déplacer en fonction de la position de ceux-ci pour faire avancer le jeu.

Un des obstacles à un savoir-faire physique de qualité est le manque de formation et de ressources adéquates pour l’entraînement à l’échelle de la collectivité et au niveau de base*. Des ressources limitées et un faible taux de roulement d’entraîneurs volontaires créent des lacunes relativement à la qualité et à la constance du savoir-faire physique qu’on apprend aux jeunes athlètes. C’est là que le modèle du développement à long terme de l’athlète entre en jeu et évolue. La communauté sportive du Canada essaie de concevoir un système qui appuiera davantage les jeunes athlètes et leur développement. Et même si ce n’est pas tout le monde qui deviendra un médaillé d’or olympique, un bon apprentissage du savoir-faire physique est nécessaire pour assurer un avenir plus actif pour toute personne, tant enfant qu’adulte, qui souhaite prendre part à des activités physiques.

* Seulement disponible en anglais 
Références de la collection de SIRC:

1. Corlett J, Mandigo J. A Day In The Life: Teaching Physical Literacy. Physical & Health Education Journal. Winter2013 2013;78(4):18-24.
2. Gallant P, Vossen D, Weaving C. In the Zone: Physical Literacy and the Quest for Certified Coaches. Physical & Health Education Journal. Summer 2011 2011;77(2):16-21.
3. Harber V, Schleppe S. Promoting Early Physical Literacy in Alberta. Wellspring. August 2010;21(4):1-4.
4. Norris S. Learning to Train: A Key Stage in Developing Physical Literacy. Wellspring. June 2011;22(3):A1-A4.
5.  Sullivan P, Whitaker-Campbell T, MacKay M. Physical Literacy in Coaching Education Materials: A Case Study of Canada Basketball. Physical & Health Education Journal. Spring2010 2010;76(1):32-35. 6. The meaning of Physical Literacy. Active Living: Newsletters. September 2011;:4.

Thursday, January 23, 2014

Canadian Sport for Life (CS4L) National Summit

The Canadian Sport for Life (CS4L) National Summit brings together leaders to enhance the quality of sport and physical activity in Canada. Having healthy and active for life Canadians is a movement that SIRC is proud to support.

Make sure you drop by and visit the SIRC onsite resource centre at the Summit where we will be displaying various CS4L and Long Term Athlete Development (LTAD) materials both in print and online. The SIRC newsletter, the Canadian Sport Policy 2012 and additional publications will also be available.

Some key topics being covered at the Summit:
  • Best practices for Implementing the LTAD Model 
  • Personal Best Programs – Physical Literacy Assessment in the Community
  • Quality Sports Program 
  • Facilitating System Wide LTAD Implementation- One Sport’s Story of Culture Changed 
  • Developing Physical Literacy through a Progressive Development Model for Young Participants
  • Train to train and the Teenage Brain 


The Canadian Sport for Life National Summit will be taking place from January 28-30, 2014 at the Hilton Lac-Leamy hotel in Gatineau-Ottawa.

Le Sommet national du mouvement « Au Canada, le sport c'est pour la vie » (ACSV)

Le Sommet national du mouvement « Au Canada, le sport c'est pour la vie » (ACSV) réunit les leaders qui œuvrent à rehausser la qualité du sport et des activités sportives au Canada. Une population canadienne qui mène une vie saine et active est une vision que SIRC est fier d’appuyer.

Nous vous invitons à consulter le centre de ressources sur place de SIRC lors du Sommet, où nous présenterons divers documents d’ACSV et du Développement à long terme de l’athlète (DLTA), tant sur support papier qu’électronique. Le bulletin de SIRC, la Politique canadienne du sport 2012 et d’autres publications seront également disponibles.

Voici certains sujets clés qui seront abordés lors du Sommet :
  • Pratiques exemplaires pour mettre en œuvre le modèle de DLTA 
  • Les meilleurs programmes personnels : une évaluation du savoir-faire physique au sein de la collectivité 
  • Un programme sportif de qualité 
  • Faciliter la mise en œuvre du DLTA dans tout le système : le changement de l’histoire de culture d’un sport 
  • Le développement du savoir-faire physique au moyen d’un modèle de développement progressif pour les jeunes participants 
  • La préparation à l’entraînement et le cerveau des adolescents 

Le Sommet national d’ACSV aura lieu du 28 au 30 janvier 2014, à l’hôtel Hilton du Lac-Leamy, dans la région de Gatineau-Ottawa.

Tuesday, January 21, 2014

Training in a Winter Wonderland

by Leigh Cove
Algonquin College Sport Business Management Intern

Dipping temperatures, blistering winds, and the icy obstacle course that was once a road, usually send many fleeing inside to the safety and warmth of their homes this time of year. For others it’s their playground. Whether you are a winter athlete, coach, or like to train outside regardless of the season, there are a few points to keep in mind before you step out into the cold.
  
Frostnip, frostbite, and hypothermia are the three primary cold weather injuries athletes are exposed to in winter. For frostnip and bite to occur the temperature must drop below freezing (0°C), and skin does not necessarily have to be exposed. Hypothermia can happen anytime your core body temperature drops below 37°C. These injuries occur when the body’s heat loss is greater than the amount it’s generating.

To prevent heat loss, those training outside in winter should dress appropriately and layer. Layering ensures there is a barrier of air between your skin and the ambient environment which acts to reduce heat flow away from the body. At the same time do not over dress, wearing too much clothing can lead to excess sweating and cooling of the skin through evaporative heat loss.

General Guideline to Layering:
  • 0°C to -10°C - Single long-sleeved synthetic layer 
  • 15°C to -20°C - Base layer with windbreaker or running shell 
  • Below -20°C - Add a second long-sleeved layer under coat
In preparing for cold weather training it is important to be aware of not just temperature but the wind chill. Wind, whether it be natural or man-made (such as the wind created by a skier going downhill), amplifies heat loss and reduces the amount of insulation provided by clothing by disturbing the pocket of air layering creates. The heat loss caused by wind chill (despite the actual temperature) can be extreme enough to cause frostbite on its own.

Since winter weather can be unpredictable, planning ahead is the best way to ensure you will properly prepared when training outside; make sure to check the forecast regularly, adjust training when necessary, dress appropriately, stay hydrated and most importantly, have fun.

Printable PDF wind chill cards are available through the SIRC website: http://www.sirc.ca/online_resources/weather.cfm#wind

References from the SIRC Collection:

1. Castellani J, Young A. Health and performance challenges during sports training and competition in cold weather. British Journal Of Sports Medicine. September 2012;46(11):1-5. 
2. CLARK N. winter nutrition. American Fitness. November 2013;31(6):66-67. 
3. Gassewitz D. Coaches Guide to Winter Weather. Coaches Plan/Plan Du Coach. Winter2011 2011;17(4):7. 
4. Hydration status and fluid and sodium balance in elite Canadian junior women's soccer players in a cool environment. Applied Physiology, Nutrition & Metabolism. October 2012;37(5):931-937. 
5. Kicklighter T, Edsall J, Martin M. Effect of Moisture-Wicking Garments on Temperature Regulation During Exercise. International Journal Of Athletic Therapy & Training. November 2011;16(6):9-13. 
6. Peiser B, Reilly T, Atkinson G, Drust B, Waterhouse J. Seasonal changes and physiological responses: Their impact on activity, health, exercise and athletic performance. International Sportmed Journal. March 2006;7(1):16-32.

S'entraîner au royaume du bonhomme hiver

by Leigh Cove
Algonquin College Sport Business Management Intern

Pour certaines personnes, les températures froides, les vents torrentiels et les courses à obstacles glacées qui étaient auparavant des routes les incitent à rester à la maison bien au chaud. Pour d'autres, cette période de l'année représente un vrai terrain de jeu. Que vous soyez un athlète* ou un entraîneur de sports d'hiver ou bien que vous aimiez vous entraîner à l'extérieur, peu importe la saison, vous devriez garder en tête certaines choses avant de vous exposer au froid.

Les gelures, les gelures superficielles et l'hypothermie* sont les trois principales blessures auxquelles s'exposent les athlètes durant l'hiver. Pour subir une gelure, la température doit être sous le point de congélation (0°C) et la peau n'a pas nécessairement à être exposée. On peut souffrir d'hypothermie en tout temps si la température du corps tombe sous les 37°C. Ces blessures peuvent survenir lorsque la perte de chaleur du corps est supérieure à la chaleur générée.

Pour prévenir la perte thermique, les personnes qui s'entraînent à l'extérieur* durant l'hiver doivent s'habiller en conséquence, notamment en portant plusieurs couches. Cette méthode créée une poche d'air entre votre peau et l'environnement ambiant qui réduit la perte de chaleur du corps. En même temps, il ne faut pas s'habiller outre mesure, car porter trop de vêtements peut entraîner un excès de sueur et refroidir la peau en raison de la perte de chaleur par évaporation.

Lignes directrices générales concernant l'habillement en couches
  • De 0°C à -10°C : une seule couche à manches longues en tissu synthétique 
  • De 15°C à -20°C : une couche de base avec un coupe-vent ou un manteau de course 
  • Sous -20°C : ajout d'une deuxième couche sous forme de revêtement intérieur à manches longues 
Lorsque vous vous préparez à vous entraîner dans des temps froids, il est important de prendre en considération non seulement la température, mais aussi le refroidissement éolien. Le vent, qu'il soit naturel ou circonstanciel (comme le vent créé par un skieur qui descend une pente), amplifie la perte de chaleur et réduit la capacité isolante des vêtements en perçant la poche d'air créée par les couches. La perte thermique causée par le refroidissement éolien (malgré la température réelle) peut être assez importante pour entraîner des gelures.

Comme le temps hivernal est imprévisible, une bonne planification est essentielle pour vous assurer que vous êtes prêts à vous entraîner dehors. N'oubliez pas de consulter la météo régulièrement, modifiez votre entraînement au besoin, habillez-vous en conséquence, restez hydraté et surtout, ayez du plaisir.

Des fiches sur le refroidissement éolien sont disponibles sur le site Web de SIRC sous forme de PDF imprimable. http://www.sirc.ca/fr/online_resources/weather_f.cfm#wind

* Seulement disponible en anglais 
Références de la collection de SIRC:

1. Castellani J, Young A. Health and performance challenges during sports training and competition in cold weather. British Journal Of Sports Medicine. September 2012;46(11):1-5. 
2. CLARK N. winter nutrition. American Fitness. November 2013;31(6):66-67. 
3. Gassewitz D. Coaches Guide to Winter Weather. Coaches Plan/Plan Du Coach. Winter2011 2011;17(4):7. 
4. Hydration status and fluid and sodium balance in elite Canadian junior women's soccer players in a cool environment. Applied Physiology, Nutrition & Metabolism. October 2012;37(5):931-937. 
5. Kicklighter T, Edsall J, Martin M. Effect of Moisture-Wicking Garments on Temperature Regulation During Exercise. International Journal Of Athletic Therapy & Training. November 2011;16(6):9-13. 
6. Peiser B, Reilly T, Atkinson G, Drust B, Waterhouse J. Seasonal changes and physiological responses: Their impact on activity, health, exercise and athletic performance. International Sportmed Journal. March 2006;7(1):16-32

Thursday, January 16, 2014

I will be taking my talents to........

At the end of each school year, senior high school students have to make important decisions about the future. For student athletes, this heralds an exciting time in their lives, since some will have the opportunity to be collegiate athletes. For these young people, the process of being recruited and offered a scholarship, often by an American university can be daunting. There are many decisions to be made and depending on your talent level, a lot of pressure.

For aspiring future NBA players who hope to eventually enter the draft, there is a requirement that they be at least 19 years of age and a year removed from high school graduation. In the NFL, an athlete has to be 3 years removed from high school to be eligible for the draft. For most athletes hoping to make it to the big leagues, the best option is the post secondary route. Collegiate sports enable athletes of all abilities and levels to remain involved in their chosen sport.

If you are a high school student athlete hoping to combine your studies while competing in college or university sport, there are a few things which you should take into consideration:
  1. Figure out your academic eligibility requirements in the CIS, NCAA, etc. There are core requirements that you should familiarize yourself with as soon as you begin high school. 
  2. Be aware of recruiting regulations such as when you can make an official visit, when the coach can contact you and what is a quiet period. Know your rights, what is expected and what is not - both on your end and that of the institution recruiting you. 
  3. Take the required standardize test such as the SAT and ACT and know the required minimum score to be accepted at the prospective institution(s). 
For prospective collegiate athletes, the final year of high school can be hectic. With finishing up high school, maintaining good grades, performing on the field at a high level and deciding which post secondary institution best fits your academic and athletic abilities, the year can be a roller coaster of mixed emotions. Familiarizing yourself with the intercollegiate rules and regulations, and understanding what is required of you by the institutions vying for your academic and athletic talents, can make the process much smoother.

References from the SIRC Collection:

1. Brown G. Knight panel urges educational 'intervention' for recruits. NCAA News. January 29, 2007;44(3):8.
2. Flett M, Gould D, Paule A, Schneider R. How and Why University Coaches Define, Identify, and Recruit 'Intangibles'. International Journal Of Coaching Science. July 2010;4(2):15-35.
3.Johnson G. Hamline course dissects art and science of recruiting. NCAA News [serial online]. September 25, 2012;:1.
4. Johnson G. Spotlight shines on student-athlete experience at summit. NCAA News. February 13, 2006;43(4):7-17.
5. Klungseth S. The Five NCAA Recruiting Rules That High School Coaches Should Know. Coach & Athletic Director. April 2005;74(9):75-81.
6. Trendafilova S, Hardin R, Seungmo K. Satisfaction Among International Student-Athletes Who Participate in the National Collegiate Athletic Association. Journal Of Intercollegiate Sport. December 2010;3(2):348-365.

Mettre ses talents en pratique pour…

À la fin de chaque année scolaire, les élèves d'écoles secondaires de deuxième cycle doivent prendre d'importantes décisions au sujet de leur avenir. Il s'agit d'une période exaltante de la vie des étudiants-athlètes, car certains parmi eux auront l'occasion de devenir des athlètes collégiaux. Pour ces jeunes, le processus de recrutement et de bourses d'études, souvent concernant des universités américaines, peut être déconcertant. De nombreux choix doivent être faits, et, selon le niveau de talent de l'athlète, d'énormes pressions sont exercées.

Les aspirants joueurs de la NBAqui souhaitent faire un jour partie du repêchage doivent respecter l'exigence d'être âgés d'au moins 19 ans et d'avoir terminé l'école secondaire depuis plus d'un an. Dans la NFL, un athlète doit avoir été diplômé du secondaire depuis au moins trois ans pour être admissible au repêchage*. Pour la plupart des athlètes qui aspirent aux ligues majeures, la meilleure option est de poursuivre les études post-secondaires. Les sports collégiaux permettent aux athlètes de tous les niveaux et de toutes les disciplines de continuer à pratiquer activement leur sport.

Si vous êtes un étudiant-athlète d'école secondaire qui espère combiner ses études à des compétitions sportives au collège ou à l'université, voici quelques facteurs à prendre en considération :
  1. Prenez connaissance des exigences d'admissibilité relatives aux études du SIC, de la NCAA*, etc. Il y a certaines exigences essentielles que vous devriez connaître dès que vous commencez le secondaire. 
  2. Lisez les règlements de recrutement* pour savoir à quel moment vous pouvez faire une visite officielle, quand un entraîneur peut communiquer avec vous et ce qu'est une période de repos. Sachez quels sont vos droits, ce à quoi vous devez vous attendre et ce qui n'est pas permis, tant de votre part que de la part de l'institution qui souhaite vous recruter. 
  3. Faites les tests standardisés requis, comme le SAT* et l'ACT, et sachez quel est le score minimum nécessaire pour être admis dans une potentielle institution. 
La dernière année de l'école secondaire peut être très intense pour les futurs athlètes collégiaux. Quand on prend en considération le fait que ces derniers doivent achever leurs études secondaires, avoir de bonnes notes, bien performer sur le terrain et décider quelle institution post-secondaire correspond le mieux à leurs aptitudes scolaires et sportives, l'année peut s'avérer être une montagne russe remplie d'émotions. Si vous vous familiarisez avec les règles et règlements intercollégiaux et que vous savez ce à quoi s'attendent les institutions qui se battent pour avoir vos talents scolaires et athlétiques, le processus de recrutement sera beaucoup plus facile.

* Seulement disponible en anglais 
Références de la collection de SIRC:

1. Brown G. Knight panel urges educational 'intervention' for recruits. NCAA News. January 29, 2007;44(3):8.
2. Flett M, Gould D, Paule A, Schneider R. How and Why University Coaches Define, Identify, and Recruit 'Intangibles'. International Journal Of Coaching Science. July 2010;4(2):15-35.
3.Johnson G. Hamline course dissects art and science of recruiting. NCAA News [serial online]. September 25, 2012;:1.
4. Johnson G. Spotlight shines on student-athlete experience at summit. NCAA News. February 13, 2006;43(4):7-17.
5. Klungseth S. The Five NCAA Recruiting Rules That High School Coaches Should Know. Coach & Athletic Director. April 2005;74(9):75-81.
6. Trendafilova S, Hardin R, Seungmo K. Satisfaction Among International Student-Athletes Who Participate in the National Collegiate Athletic Association. Journal Of Intercollegiate Sport. December 2010;3(2):348-365.